Quand les beaux jours reviennent, ils aiment s’étendre dans l’herbe fraîche pour regarder l’immensité bleu décorée de temps en temps par un nuage laiteux.

Pas un des ces cumulonimbus annonceur d’orage qui présage la fin de la contemplation et le retour au foyer mais le type de nuage qui amène au rêve.

Ceux qui passent lentement au dessus de nos têtes, qui jouent avec le soleil une danse étincelante de lumière et qui en s’étirant dessinent des formes familières.

Les enfants aiment s’étendre et regarder le spectacle animalier que leur offre le ciel quotidiennement. Tantôt lapin, tantôt chien, le nuage fascine par sa texture ouateuse. On s’y réfugierait bien pour un dernier câlin avant la tombée de la nuit.

Les enfants rêvent de nuage, mais à quoi donc rêvent les nuages ?


Nuage vivait là-haut sur un de ces petits nuages inoffensifs et cotonneux. Elle était solitaire, aimant peu la compagnie des autres de son espèce. Leurs discussions se terminaient toujours en brouhaha assourdissant que la tempête qui s’en suivait n’arrivait pas à réconcilier.

Nuage préférait passer son temps à voguer dans le grand bleu, seule, s’amusant à des jeux d’ombres et inventant chaque jour de nouvelles figures fantastiques qui émerveillaient les enfants.

Mais quand la nuit tombée les enfants retournaient entre leurs murs de pierres, Nuage rêvait secrètement de devenir l’un d’entre eux, un enfant dans un foyer chaleureux.

Alors Nuage s’imaginait chaque nuit être un de ces petits humains et s’imaginait leur vie.